Dossier

Élections législatives 2022

Comme tous les cinq ans, de nouvelles élections législatives sont organisées: les Français sont appelés aux urnes pour renouveler les 577 députés qui siègent à l'Assemblée nationale. Le premier tour aura lieu le dimanche 12 juin 2022, avant le second tour une semaine plus tard, le dimanche 19 juin 2022. Le vote a lieu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans 577 circonscriptions. Pour être élu dès le premier tour, un candidat doit obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix égal à au moins le quart des électeurs inscrits sur les listes électorales dans la circonscription où il se présente. Si aucun candidat ne remplit ce critère, un second tour est organisé: peuvent y participer tous les candidats qui ont obtenu un nombre de voix au moins équivalent à 12,5% du nombre des électeurs inscrits dans la circonscription - ce qui peut donner lieu à des triangulaires, voire des quadrangulaires. Si aucun candidat n'atteint ce seuil, ou seulement un seul, le second tour oppose les deux candidats arrivés en tête au premier tour. Ces législatives sont souvent considérées comme le "troisième tour" de la présidentielle, car elles déterminent si le chef de l'Etat élu pourra bénéficier ou non d'une majorité stable pour gouverner et appliquer son programme. Elles interviennent ici quelques semaines seulement après le scrutin des 10 et 24 avril 2022, qui a abouti à la réélection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, après sa victoire au second tour face à la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen. Certains adversaires d'Emmanuel Macron espèrent imposer une cohabition au président, élu sous les couleurs de la République en marche: autrement dit faire élire suffisamment de députés opposés au chef de l'Etat pour obtenir une majorité et former un gouvernement issu d'autres formations politiques que celles alliées au locataire de l'Élysée. Jean-Luc Mélenchon a ainsi appelé les Français à "l'élire Premier ministre". Le candidat de la France insoumise, arrivé troisième de l'élection présidentielle, invite les citoyens à "élire une majorité de députés insoumis et de l'Union populaire" pour lui permettre de gouverner. Marine Le Pen, défaite au second tour, a également exhorté ses partisans à continuer "le combat" en vue de ces élections. En 2017, après la première élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, le chef de l'État avait pu bénéficier d'une large majorité, avec un total de 350 députés sur 577 élus sous les couleurs de La République en marche ou de son allié, le MoDem. Suivaient dans l'opposition Les Républicains avec 112 sièges, le Parti socialiste avec 30 élus, l'UDI avec 18 députés et La France insoumise avec 17 parlementaires au Palais-Bourbon. Selon plusieurs sondages réalisés après l'élection présidentielle, une majorité de Français ne souhaitent pas qu'Emmanuel Macron remporte les élections législatives de juin. De premières projections estiment pourtant que La République en marche pourrait obtenir une large majorité, devant le Rassemblement national et les Républicains. De tels sondages sont cependant à prendre avec précaution, tant l'issue de ce scrutin, composé de 577 élections dans autant de circonscriptions, est difficile à prédire, d'autant que les candidatures ne sont pas encore toutes connues et que des alliances pourraient intervenir. Ces élections législatives sont en tout cas essentielles pour les partis politiques, car elles déterminent une partie du financement public qu'ils peuvent obtenir, qui est notamment calculé en fonction du nombre de voix obtenus lors du scrutin et du nombre de députés finalement élus. En élisant au moins 15 députés, ils peuvent également constituer un groupe à l'Assemblée nationale, ce qui leur permet d'accéder à certaines fonctions dans l'hémicycle, mais aussi de bénéficier d'un temps de parole plus important.

72 recours seront examinés par le Conseil constitutionnel après les élections législatives de juin dernier contre 200 lors du scrutin en 2017.