Politique

Législatives: le Conseil constitutionnel enregistre 91 recours, dont celui de Jean-Michel Blanquer

Jean-Michel Blanquer - AFP

Parmi les 91 circonscriptions où le résultat du scrutin est contesté, on trouve également celles de Francis Lalanne et Caroline Mecary.

La limite était hier pour tous les candidats malheureux aux deux tours des législatives. Ceux qui désiraient contester les résulats dans leur circonscription pouvaient déposer un recours au Conseil constitutionnel dans un délai de dix jours suivant le second tour.

Ce vendredi 1er juillet, les Sages ont annoncé dans un communiqué en avoir enregistré 91. Dont ils examineront "à très bref délai la recevabilité". De manière à "écarter dès les semaines à venir ceux qui seraient manifestement irrecevables".

Parmi les réquerants, on trouve l'ex-ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, défait dès le premier tour dans la 4e circonscription du Loiret sous l’étiquette Ensemble.

Une histoire de sosie

L'ancien membre du gouvernement a même déposé deux recours juridique. L'un accusant son adversaire PCF/Nupes Bruno Nottin, l'autre accablant le Collectif écologiste Ibiza.

Après l'avoir annoncé, Jean-Michel Blanquer a donc contesté officiellement les résultats du premier tour qui le séparent de 189 voix de Bruno Nottin et l'ont empêché d'accéder au second tour. Il accuse le candidat de la gauche d'avoir diffusé sur Facebook du contenu électoral, en payant pour que ces contenus dits sponsorisés atteignent une certaine audience. Cette pratique est interdite dans les six mois qui précèdent une élection.

Par ailleurs, il se plaint également de tractages parodiques organisés dans sa circonscription par le personnage "Jean Michel Sosie Blanquer", de son vrai nom Nour Durand-Raucher. Ce dernier s'était fait connaître en organisant un happening devant l'hôtel de Rochechouart. En pleine polémique sur les vacances à Ibiza du ministre qui avait annoncé directement depuis l'île espagnole le protocole sanitaire dans les écoles pour la rentrée de janvier.

Le candidat déçu de la majorité présidentielle a fustigé des tracts "diffamatoires". Dans cette circonscription, c'est Thomas Ménagé du Rassemblement national qui est arrivé nettement en tête avec 31,45% des voix au premier tour. Bruno Nottin et Jean-Michel Blanquer ont terminé respectivement avec 19,43% et 18,89%.

Lalanne et Mecary aussi

L'ancien ministre de l'Éducation nationale n'est pas le seul candidat connu à contester auprès des Sages les résultats des législatives. Le chanteur Francis Lalanne (éliminé en Charente dès le premier tour avec 2,12% des voix) et l'avocate Caroline Mecary (arrivée largement en tête devant Clément Beaune à Paris avant de perdre au second) ont également déposé des recours.

Pendant l'entre-deux tours des tracts homophobes avaient été distribués dans la 7e circonscription à l'encontre de la militante défenseuse des droits des personnes homosexuelles.

"Si vous voulez préserver vos enfants de la propagande LGBT, ne votez pas Caroline Mecary" pouvait-on y lire.

Les recours recevables "seront jugés dans les meilleurs délais" a indiqué le Conseil constitutionnel. "Après une procédure contradictoire qui pourra prendre en considération les décisions à venir de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques concernant les comptes de campagne des élus", précise également la rue Montpensier.

Hortense de Montalivet